A 180 DEGRÉS - CHAGRIN SCOLAIRE

Blog

Jan21

Harcèlement : comment savoir si mon enfant en est victime ? Question/Réponse

C’est la question que tous les parents se posent, que leurs enfants soient en primaire ou au lycée, et celle à laquelle il est le plus compliqué de répondre.

Il n’y a pas de règles, pas de « symptôme » universel à chercher pour en être certain.
Certaines choses peuvent cependant vous mettre la puce à l’oreille, mais peuvent aussi être dues à beaucoup d’autres éléments. Une nouvelle fois, il n’y a pas de règles universelles, les éléments suivants sont donc des pistes, mais en aucune façon des vérités générales. Les enfants harcelés n’ont pas tous ces comportements, et les enfants qui ont ces comportements ne sont pas forcément harcelés.

  • Si votre enfant change de comportement dans la cellule familiale, s’il entre en conflit plus facilement avec ses frères et soeurs notamment.
    Les enfants victimes de harcèlement se contrôlent en permanence dans la journée, ils l’extériorisent plus facilement à la maison, où c’est moins risqué qu’à l’école.
  • Si votre enfant se plaint de maux de ventre ou de maux de tête les veilles de rentrée, s’il a du mal à se lever le matin, en résumé, s’il n’a soudainement plus envie d’aller à l’école.
  • Si ses notes chutent brusquement.
  • D’une manière générale, tout changement radical de comportement peut être du à un éventuel mal-être à l’école.

La seule personne qui peut vous assurer que votre enfant est harcelé c’est lui-même.

Les enfants ne parlent de ce genre de problème aux adultes, parce qu’ils savent que la plupart du temps, l’intervention de l’adulte risque d’empirer la situation. Aussi, pour que votre enfant ose en parler, il faut le rassurer sur ce risque. Par exemple, en lui disant la chose suivante :

 » Je veux juste que tu saches que si tu as n’importe quel problème, que ce soit avec les profs ou avec les autres élèves, tu peux m’en parler, je te jure que quoique tu me dises, je ne ferai rien si tu n’es pas d’accord pour que je le fasse. Si on doit trouver une solution, ce sera ensemble, je ne ferai rien sans ton accord. »

Et surtout, il faut s’y tenir. Si votre enfant vous supplie de ne pas aller voir le ou la CPE, et que vous le faites quand même, vous prenez le risque que si ça recommence, il vous le cache encore plus.

Aux parents inquiets qui viennent nous voir en consultation, nous conseillons de faire visionner la Tedx d’Emmanuelle Piquet sur le harcèlement scolaire à leur enfant (à partir de 7/9 ans). Souvent, si l’enfant est effectivement harcelé, il demande à venir, s’il ne l’est pas, il sait que si la situation se présentait il pourrait demander à prendre rendez-vous pour que nos thérapeutes l’aident à construire une flèche de défense.

Nous entendons souvent revenir certaines questions lors des conférences, nous avons voulu que ceux qui ne peuvent pas s’y rendre aient, via ce blog, l’occasion d’entendre les réponses. N’hésitez pas à poser vos questions générales sur le harcèlement ou la thérapie brève dans les commentaires, nous répondrons aux questions les plus fréquentes dans des articles futurs.

14 Réponses à “Harcèlement : comment savoir si mon enfant en est victime ? Question/Réponse”

  1. rosine Dumont

    Bonjour,
    Pourriez-vous me dire s’il existe des psychologues qui ont suivi vos formations sur Lille et les environs?
    Ma fille de 12 ans aurait besoin de construire quelques flèches. Je ne suis pas sûre d’être assez compétente en la matière.
    Merci d’avance pour votre réponse.
    Bien cordialement
    Rosine Dumont

    • a180degres

      Bonjour,
      Il est en effet très compliqué de faire parler un enfant à ce sujet, et ce pour plusieurs raisons. La première, c’est évidemment la peur que l’adulte empire la situation, et la honte d’être victime. La seconde, c’est que parfois nous voyons des choses qui nous choquent et qui nous semblent insupportables, mais qui ne causent pas autant de souffrances chez l’enfant. Il est le seul à savoir ce qu’il peut supporter, et tenter de lui dire ce qu’il doit ressentir risque de bloquer la relation.
      La seule chose que l’on peut faire dans les deux cas, c’est de lui dire que si jamais il a n’importe quel problème, il peut vous en parler, que vous êtes là pour lui, et que vous ne ferez rien avec lequel il ne serait pas d’accord (et vous y tenir évidemment). Vous pouvez également lui faire visionner la TedX d’Emmanuelle Piquet, qui dure une dizaine de minutes, en lui disant juste que si un jour il a l’impression d’être dans une de ces situations il peut vous en parler, et que vous ne ferez rien avec lequel il ne sera pas d’accord.
      D’une manière générale, malgré toute la bienveillance et l’amour que l’on peut éprouver pour nos enfants (et nos proches en général), vouloir se mettre entre eux et le monde avant qu’ils nous demandent quoique ce soit risque le plus souvent de bloquer la relation, et de vous faire souffrir à leur place.

      Voilà nos conseils avec le peu d’informations que nous avons. Si jamais vous aviez besoin de plus d’aide n’hésitez pas à contacter Aline au 03 85 38 37 34 pour prendre rendez-vous avec l’une de nos thérapeutes.

  2. Bonjour,

    Mon fils a été victime d’un « jeu » dangereux (violence en groupe) auquel il ne jouait pas. Cela consiste a frappé en réunion le premier élève de sa classe qui parle. Evidemment il se sent humilié, une dizaine d’élèves de sa classe lui sont tombés dessus. Nous sommes en début d’année, le CPE appliquera des sanctions disciplinaires, c’est un fait.
    Mais que faire pour aider mon enfant? Aborder le quotidien et confronter la 1/2 de la classe qui est contre lui jusqu’à la fin de l’année? Je suis perdue. Merci pour votre aide. PS : nous habitons près d’Arles (13).

  3. sunlight

    Bonjour,
    Mon enfant (9 ans) a été victime de 2 coups de baton violents dans un jeu dans lequel le « directeur » (un enfant jouait ce rôle) devait punir « l’éléve » qui avait fait une bétise. C’était un jeu de rôle pendant la récréation de midi. Les autres enfants ont également reçu des coups de baton mais bcp moins forts.
    Les coups étaient si forts que mon enfant est tombé par terre de douleur et tout le groupe s’est mis à rigoler. Ils lui ont dit « t’avais qu’à ne pas faire le bête hahaha » et ils l’ont laissé là. Bien evidement aucun adulte n’a vu la scéne.
    Il se sent humilé et trahi par des enfants qu’il croyait être ses copains.
    Hier nous avons parlé avec lui : très difficile de trouver les mots justes. D’autant plus que je n’ose pas en parler à la maitresse car l’année passée pour un problème avec un autre enfant j’étais intervenue et cela avait agravé le problème. L’enfant en question ne l’a pas laché de toute l’année scolaire.
    Que faire pour l’aider concrètement ? Il me demande de le changer d’école, mais ce n’est pas une solution, des enfants comme ceux de son école, il y en a dans toutes les écoles. Je me sens démunie. Merci de votre aide.

  4. Bonjour, tout d abord merci pour cet article et cette super video.
    J ai un fils de 7 ans qui a du mal a se faire des copains et les quelques-uns qui l a trouvé lui font du chantage du type: vas faire la bagarre sinon je ne suis plus ton copain ou sinon je te mets une gifle. (Et donc mon fils est tout le temps puni par les adultes de l école)
    J aimerai l aider a construire une flèche.
    Sa plus grande peur étant de se retrouver seul sans copains. Comment trouver une bonne flèche ? Je précise qu il a déjà un suivi psy toutes les semaines (enfant HP) mais il vient juste de s ouvrir a moi grâce a votre vidéo. Je savais qu il se passait quelque chose de part son changement de comportement a la maison, maux de ventre, mots a répétition de la maitresse..etc mais il ne parlait pas jusqu a ce qu il voit cette vidéo!
    Merci!

    • a180degres

      Bonjour,
      Nous sommes désolés d’apprendre que votre fils vit cette situation difficile ! Pour construire une flèche, deux possibilités : vous pouvez lui offrir le livre « Je me défends du harcèlement », d’Emmanuelle Piquet, ou acheter la version pour les parents, pour vous, « Te laisse pas faire ». Vous y verrez comment construire une flèche, sur quoi s’appuyer pour qu’elle soit efficace. Si jamais ça ne marche pas, ou si vous n’êtes pas surs, vous pouvez prendre rendez-vous avec l’une de nos thérapeutes au 03 85 38 37 34, elles seront ravies de vous aider.

      Bon courage d’ici là,

      L’équipe Chagrin Scolaire

  5. Bonjour, ma fille ( actuellement en cm2) a été victime de harcèlement en ce1 ce2 de la part d’une élève au départ son amie ( amie du type domniante/ manipulatrice narcissique). Cette enfant a changé d’école mais va se retrouver dans le même collège que ma fille en septembre. Elle n’ a pas changé et continue ses remarques « désagréables, insultantes » quand elle croise des amies de ma fille. Ma fille, elle , a achangé ( suivi psy, lecture de vos livres). Elle sait se défendre face aux autres maintenant mais a toujours « peur  » de cette enfant. Elle a des flèches en réserve mais je ne suis pas encore sûre qu’elle ose les lui lancer. Comment faire pour l’aider ? Bien sûr, nous allons prévenir la référente harcèlement académique, nous allons aussi demander au CPE qu’elles ne soient pas dans la même classe. Mais je ne suis pas sûre que cela suffise et que ce soit la bonne solution ( ni d’être écoutée et entendue). La psychologue que voit ma fille ne lui apprend pas à lancer des flèches mais à se mettre dans sa bulle pour diminuer son hypersensibilité. Auriez-vous un conseil ? Merci

    • a180degres

      Bonjour,

      Nous sommes très sensibles à la situation de votre fille. Il nous est difficile de vous aider par écrit, sans avoir toutes les informations, nous risquerions de faire plus de mal que de bien. Le seul conseil que l’on peut vous donner serait de lui demander si elle veut de l’aide, et si oui de voir avec elle ce qui pourrait se passer si elle lançait sa flèche, qu’est ce que l’autre répondrait ? Et du coup qu’est-ce-qu’elle pourrait dire ? Et qu’est-ce-que l’autre répondrait ? Ainsi de suite jusqu’à avoir épuisé les possibilités de ripostes de l’autre enfant.

      Si cela ne suffisait, vous pouvez toujours prendre rendez-vous dans le centre le plus proche de chez vous en appelant Aline au 03 85 38 37 34.

      Bon courage,

      L’Equipe Chagrin Scolaire

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>