mai09

« Je comprends pas pourquoi ils veulent pas jouer avec moi »

iStock_000075703567_Medium

« Je comprends pas pourquoi ils veulent pas jouer avec moi, pourtant je leur demande tous les jours. »

Mathilde est en primaire. Elle n’a jamais été la plus populaire de son école, mais personne n’a jamais été méchant avec elle. Pourtant, la cour reste un endroit où elle n’est pas à l’aise. Tous les jours, à chaque pause, elle va voir le groupe de sa classe qui joue au loup : « Je peux jouer avec vous ? » Non. Elle va voir le groupe qui joue aux billes un peu plus loin. Elle amène même, une fois, une collection de billes flambant neuve que maman lui avait acheté exprès. « Je peux jouer avec vous ? » Non. (Heureusement cette fois là elle avait ses billes). Elle va voir le groupe qui discute de qui est leur chanteur préféré. « Je peux jouer avec vous ? » Non. Elle va voir le groupe qui occupe le terrain de foot. « Je peux jouer avec vous ? ». Des fois ils disent oui, mais pas tout le temps. Et puis même si elle est plutôt forte au foot ils la mettent au goal et ça l’amuse pas beaucoup, mais au moins elle est pas toute seule. Quand ils disent non, par contre, elle s’occupe comme elle peut, mais pas trop loin, au cas où quelqu’un viendrait la solliciter. A la récré suivante, elle recommence, toujours en commençant par le groupe qui joue au loup parce que c’est, en réalité, le seul jeu auquel elle a vraiment envie de jouer.

Ce que vit Mathilde est une forme particulièrement insidieuse de harcèlement, contre laquelle on ne peut rien faire. En effet on ne peut pas forcer un enfant à apprécier un autre enfant, ni à jouer avec lui. On peut éventuellement punir l’intégralité de l’école pour ne pas jouer avec Mathilde mais je doute de l’efficacité de la méthode. Notre travail consiste (la plupart du temps), à aider ces enfants à devenir plus « attirant ».

Ce qui nous intéresse ici, c’est l’énergie que Mathilde utilise à essayer de contrôler quelque chose sur lequel elle ne peut pas avoir d’impact : que les autres enfants jouent avec elle. C’est ce que l’on appelle un « but conscient ». La différence entre un objectif et un but conscient, c’est que l’on a envisagé que l’objectif pourrait éventuellement ne pas se réaliser, alors que l’on s’attache au but conscient avec une telle rigidité, que l’on n’effleure pas une seconde l’idée que ça pourrait ne pas être le cas. De fait, sa réalisation en devient impossible. En somme, quelqu’un pris dans un but conscient, ne verra pas, et donc ne s’adaptera pas, aux « feed-back » que lui renvoie le monde et qui lui montrent que cela ne marche pas. C’est ce qui fait que cette dame, qui veut dormir à tout prix, enchaine depuis plus de 2 ans méthodes de relaxation, somnifère, psychanalyse, sieste de jour, nouveaux matelas… sans se rendre compte que c’est le fait même de vouloir dormir qui empêche le sommeil. Le sommeil ne pourra advenir (peut-être) qu’à partir du moment où elle y aura renoncé. C’est ce qui fait que Mathilde, récré après récré, continue inlassablement à demander l’autorisation de jouer.

« Je suis désolée de te poser cette question horrible Mathilde, surtout prends ton temps pour y répondre, je sais que c’est très difficile. Mais, imaginons que j’aie une boule de cristal, là devant moi. Et que dans cette boule de cristal, je voie l’avenir. Imaginons que là maintenant, je te dise que quoiqu’il arrive, quoique tu fasses, quoique je fasse, quoique maman fasse, ils ne diront jamais « oui » pour que tu joues avec eux. Qu’est ce que tu ferais de différent à la prochaine récréation, disons celle de demain matin ?

– J’irais quand même leur demander, il y a toujours une chance, répond-elle du tac-au-tac.

– Dans ma boule de cristal, je vois qu’à la prochaine récré et à toutes celles qui vont suivre, ils te diront « non », et toujours « non », peu importe combien de fois tu demandes, quoique tu fasses, même si François Hollande venait dans ton école pour leur dire de jouer avec toi, ils diraient « non ». Qu’est ce que tu ferais de ta récré ? »

Mathilde fronce les sourcils, se met au fond de son fauteuil et réfléchit. Il est important de comprendre que c’est la pire question pour quiconque est pris dans un but conscient. Il y a une part de superstition chez ces personnes, qui leur fait croire que s’ils envisagent l’échec, alors cela va forcément leur arriver. Leur demander d’envisager cet échec, c’est la chose la plus dure que l’on peut leur demander.

« Soit j’irais jouer avec ceux du foot parce que des fois ils disent « oui », soit je chercherais quelque chose pour jouer toute seule.
– D’accord. Donc pour la prochaine fois, tu vas continuer à faire comme d’habitude, mais tu vas avoir toujours avec toi un livre. Pas un livre pour les cours, un livre qui te fait vraiment plaisir, genre la Quête d’Ewilan, tu verras c’est génial. Comme ça si ils disent « non », au moins tu t’ennuies pas et tu restes pas toute seule au milieu de la cour à attendre. Pour l’instant tu ne fais rien d’autre, tu observes pour que je comprenne bien comment ça se passe dans la cour, et tu me racontes comment ça s’est passé la semaine prochaine. »

La semaine suivante donc, Mathilde arrive un peu embêtée.

« J’ai pas beaucoup d’observations parce que j’ai pu jouer au loup tous les jours…
– Comment ça t’as pu jouer au loup tous les jours ? Ça fait 2 ans qu’ils te disent « non » trois fois par jour et là d’un coup ils disent tous « oui » ?!
– Ben oui je comprends pas, la première récré je suis allée leur demander, ils m’ont dit « d’accord mais t’es dans l’équipe des loups et tu gardes la prison », du coup je l’ai fait. Et à la récré suivante je suis allée directement garder la prison, et comme ça tous les jours. »

Deux possibilités :

  • Pendant le week-end, tous les enfants de cette école sont devenus gentils, tolérants et ouverts.
  • Mathilde -qui, en emmenant un livre, acceptait qu’ils lui disent « non »- a du adopter une attitude plus souple au moment de leur demander, puis a même arrêté de demander, ce qui la rend de fait plus séduisante. Prévoir ce livre, c’était renoncer à son but conscient, en acceptant le fait qu’il pourrait ne jamais advenir.
Who knows ?

 

Amélie Devaux

Commentaires

  1. Et bien merci de cette piste de réflexion pour les paumés comme moi qui ne savent pas réagir face à cette situation! Et merci pour elle!

  2. Troisième possibilité: ils l’ont laissée occuper une place dont personne ne voulait, bien contents de ne pas avoir, eux, à le faire.
    Mathilde se replaçant d’elle-même à cette place, ils s’en sont satisfaits

    1. Cette place était déjà libre à toutes les récrés des deux dernières années, et jusque là ils ne voulaient même pas d’elle pour ce rôle. Mais peut-être en effet 😉

  3. Magnifique article et très inspirant, merci. <3
    (Juste, euh… une petite remarque pour le partage sur les réseaux sociaux : dans l'adresse du lien, s'est glissée une faute d'orthographe : il manque le "S" à "Je comprends pas". Si bien que, bien que sur l'article lui-même, tout va bien… quand on le partage, il apparaît en gros un "Je comprend pas"… qui fait malheureusement moyennement sérieux. Je ne sais pas si vous avez moyen de corriger ? Ou si ça risque du coup de désactiver tous les liens des partages déjà faits ?).
    Avec bienveillance.

    1. Argh, on a vu, mais en effet on ne peut pas modifier sous peine de faire disparaître tous les liens partagés depuis la publication (ce qui serait dommage…)
      Nos yeux saignent mais on s’y fait.

  4. Il ne s’agit pas de therapie ici mais d’un cautere sur une jambe de bois. Le sujet presente des troubles des interactions sociales (ASD) et dois donc suivre une reeducation adaptee.

  5. J’en ai les larmes aux yeux… cette Mathilde, c’est moi. Moi pendant tout mon primaire !
    Quels souvenirs atroces…
    Mais au fait… Pourquoi diable faut il, si l’on a envie de jouer avec les autres, faire un peu comme si l’on n’en avait pas envie ? Pourquoi comme vous l’écrivez, Mathilde devenait soudainement plus attirante pour les autres des qu’elle à commencé à moins ou ne plus les solliciter… c’est quand même mal fichu : tu veux tres fort jouer avec les autres ? ah, ben pour que ça marche il faut que tu fasses comme ci t’en n’avais pas envie de jouer avec eux ou pas rangé que ca…

  6. Je commence un travail sur le climat scolaire, avec des enfants d’écoles primaires. Je vais utiliser ces articles et les réécrire en petites histoires adaptées au enfants et je leur en lirai au fur et à mesure de l’année. Ils peuvent comprendre des tas de choses à travers ces exemples. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

7 + 3 =

Restez informés

Souscrivez à notre newsletter mensuelle pour ne rater aucune actualité sur la thérapie brève.
Inscrivez-vous en cliquant ici

Vous souhaitez nous contacter ou vous avez des questions ?

9 rue Boccard, 71000 Mâcon
03 85 38 37 34
contact@a180degres.com

Votre nom *

Votre adresse

Votre téléphone

Votre prénom

Votre ville *

Votre email *

Votre message

Veuillez répondre à la question *